Près de 50 % des accidents de vélo sont causés par les cyclistes eux-mêmes et c’est bien fait pour eux !4 min read

En tant que citoyen, cycliste et victime d’un chauffard qui ne s’est pas arrêté à un stop, ce qui m’a valu de passer deux mois allongé dans un lit de la SUVA, je suis très déçu par cette campagne et du language qui l’entoure, montrant “les infractions (..) fréquemment commises par les cyclistes”.

Une campagne faite par des gens qui ne font pas de vélo et qui n’ont surtout aucune réflexion sur le monde du vélo et de la mobilité douce. Dommage de faire une campagne clairement orientée ! Le but ? choquer !

Qu’en est-il des automobilistes et de leurs infractions fréquemment observées en ville ?

– non respect des pistes cyclables et des deux-roues en règle générale
– téléphone au volant
– changement de direction sans indication
– non respect des priorités
– non respect des distances

Une acceptation devenu banale car ce sont des délits commis par la plus grande partie de la population ? Ce n’est donc plus nécessaire de les relever et de les sanctionner ?

Je suis choqué que la Police vaudoise contribue à “taper”, en plus avec un ton humoristique et condescendant, sur une catégorie de la population qui a choisi (comme une autre d’ailleurs) son moyen de locomotion. Est-ce que l’humour et la condescendance ont vraiment leur place lorsqu’il s’agit de parler de liberté individuelle et de vies humaines?!

Cela m’attriste et me laisse avec beaucoup de questions:
Ne vaudrait-il pas mieux repenser les infrastructures et faire une effort global et commun ?
Pourquoi avoir une telle position qui stigmatise un groupe de la population ?
N’y avait-il pas mieux à faire en terme de message ?
N’est-il pas possible de faire cohabiter les gens, leur responsabilité et leurs comportements ?

Est-il si impossible de proposer de vraies solutions de mobilité ?

Bien sûr qu’il faut “punir” les comportements stupides, mais il y a bien mieux à faire que du simple sensationnel !

Une démarche facile, peu réfléchie et surtout pas constructive mais qui permet certainement de surfer sur le buzz de la première campagne du genre faite pour la police de Lausanne, qui relatait les dangers de l’inattention due à l’utilisation des smartphones.

Pour la suite, je vous recommande la lecture de l’article qui reprend en détail les statistiques et qui démontre que contrairement à ce qui est dit dans cette campagne “50 % des accidents de vélo ne sont pas causés par les cyclistes eux-mêmes” On retrouve également dans cet article, une réponse image par image des soi-disants infractions relevées par cette campagne.

Article publié sur le site bikinvalais.ch et vu sur twitter via @JéromeBailly

C’est bien dommage, la Suisse est très loin des réflexions et surtout des actions en terme de mobilité qui ont lieu au Canada, au Danemark ou encore en Suède.


LE GRAND SENTIER AU CANADA : UNE PISTE CYCLABLE DE 24000 KM !

edit: la suite de la discussion sur Twitter